Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Discours pour la candidature à la présidence de la Communauté de Communes Cluses Arve et Montagnes - 25 avril 2014

    Monsieur le Doyen d'âge,
    Mes chers collègues,

    Nous vivons ce soir un rendez-vous essentiel de notre jeune Communauté de communes.


    « LE PROJET »

    Dès le début de mon intervention, j'ai une conviction à vous faire partager : la Communauté de communes Cluses Arve et Montagnes est une chance pour notre territoire, a fortiori dans la période que nous vivons.

    Cette chance, nous l'avons d'abord espérée de longues années contre vents et marées, avant de pouvoir concrètement mettre en lumière la cohérence du territoire formé par nos 10 communes.
    Et cette chance pour le territoire, c’est qu’en 2014, nous avons besoin de davantage de solidarité et de croissance économique.

    Compétente de par la loi dans les domaines de l'aménagement du territoire comme dans celui du développement économique, la Communauté doit être, aux côtés des communes, le partenaire naturel pour porter ou soutenir des projets importants au service de tout le territoire et de ses habitants. Je pense aux projets d’investissement que sont le Technocentre ou le Funiflaine, tous deux très récemment validés dans le Contrat de Plan Etat Région.

    Notre Communauté, dans un contexte de raréfaction des finances publiques, et de grande difficulté à lever de nouveaux impôts, devra à la fois assurer la solidarité nécessaire entre nos différentes communes, confrontées chacune d'entre elles à des défis très différents.

    C’est un véritable défi de mettre de la cohérence territoriale là où l’apparence pourrait laisser penser qu’il y ait des antagonismes. Il faut rechercher des convergences entre la centralité et la périphérie, entre le « haut » et le « bas », entre l’industrie et le tourisme.

    J'ai beaucoup réflechi et beaucoup échangé ces derniers mois au sujet de cet écosystème complexe qu'est notre territoire.

    Et par exemple, si le devenir de notre industrie est au cœur de nos préoccupations, nous nous devons d'avoir une attention toute aussi forte concernant l’avenir de nos stations de sports d’hiver quelle que soient leurs tailles.

    Ce défi supposera même de sortir des strictes compétences communautaires pour aborder, par exemple les problématiques de la sécurité ou les questions médico-sociales. Tout comme la question des services rendus à la population qui nous concerne tous au plus haut point.


    « LES COMPÉTENCES »

    Pour être maintenant plus concret, le principal travail pour 2014 sera donc de travailler en priorité sur la définition de notre intérêt communautaire, et ce, d'ici au 31 décembre 2014.

    Cela revient à déterminer clairement dans le cadre de la plupart de nos compétences ce qui sera transféré à la Communauté et ce qui restera de la compétence des communes.

    C'est un travail partenarial entre la Communauté et ses communes membres qui nécessitera une mobilisation considérable pour les uns comme pour les autres. Il nous faudra certainement dépasser certains conservatismes, certaines querelles ou représentations divergentes que nous avons de telle ou telle politique publique.

    A cette masse de travail s'ajouteront les très nombreux chantiers qui ont été ouverts à la fin du dernier mandat pendant les 15 premiers mois de fonctionnement de la Communauté. Je cite pour mémoire le Programme Local de l’Habitat, le Périmètre de Transports Urbains et évidemment le Schéma de Cohérence Territoriale pour lequel nous n’avons pas encore fait d’arbitrage précis mais qui devient, chacun le sent bien, une urgence.

    Il y a aussi la poursuite de tous les projets en cours d’étude dans le domaine de l’assainissement, des déchetteries, des aires d’accueil des gens du voyage.

    Demain, d'autres perspectives devront s'ouvrir. Elles concernent le rôle de la Communauté dans l'appui aux communes. J'ai bien entendu le message des communes les moins dotées en personnels qualifiés dans leur besoin d'une ingénierie technique et d'un appui juridique, dans l'aide au montage des dossiers les plus complexes ou dans le domaine si important de l'instruction des autorisations d'urbanisme. La Communauté doit être un « lieu ressource » pour ses communes membres.

    Le désengagement de l'Etat et les normes toujours plus complexes frappent toutes nos collectivités, et évidemment les communes rurales de manière plus forte encore.

    A nous d'être innovants, inventifs comme nous avons pu le faire dans le domaine, par exemple de l'assainissement collectif.


    « LA GOUVERNANCE »

    Après le contexte et les défis, quelques mots de la gouvernance de notre Communauté.

    Si je suis candidat à la présidence, c’est pour mettre la disponibilité et la connaissance technique des dossiers que j'ai acquise comme 1er vice-président depuis 15 mois, au service de notre Communauté.

    Je ne serai pas un super maire mais un Président empreint de détachement veillant à ce que les stratégies communales élaborées puissent se fédérer dans une stratégie de territoire affirmée.

    Je ne serai pas un prescripteur autoritaire mais un Président qui œuvre au rapprochement des points de vue et aux respects des équilibres.

    Qui mieux que le Maire d'une commune intermédiaire peut y être attentif ?

    Ensuite, concernant les organes décisionnels, je crois qu’il faut instaurer une manière beaucoup plus collégiale et horizontale de travailler, qu’il s’agisse du bureau ou même du conseil communautaire.

    Nous avons la chance ici d’avoir au tour de la table 45 élus expérimentés, maires, adjoints, représentants des sensibilités dans nos 10 communes.

    Ne nous privons pas de cette richesse et mettons toutes les bonnes volontés et le dynamisme au service du territoire.

    Je propose la réunion avant la fin du mois de juin d'un séminaire d'une journée réunissant l'ensemble des 45 conseillers communautaires afin de définir les grands axes stratégiques pour les 6 ans à venir, de 2014 à 2020. C’est un travail collectif et collaboratif et dont aucun d’entre vous ne peut être tenu à l’écart et au-delà des principes ou de la méthode d’action, il s’agit bien de construire tous ensemble les priorités que nous nous fixerons.

    Par ailleurs, concernant l’exécutif, il est nécessaire aussi que les vice-présidents aient, dans leur champ de délégation, toute la latitude nécessaire pour mener à bien les projets, en animant leurs commissions.

    Enfin, il nous faudra aussi revoir rapidement le fonctionnement administratif et technique qui a été mis en place début 2013 et clarifier le rôle de nos services en lien avec la montée en puissance de l'intérêt communautaire. J'en profite pour saluer le travail des cadres et agents de la Communauté et des communes, qui depuis plusieurs années nous ont aidés à construire la 2CCAM.

    Dans ce domaine, je veux faire ici quelques propositions très concrètes :
    - Mutualisation à rechercher avec l’administration du SIVOM de la Région de Cluses avec celle de la Communauté de communes ;
    - Intégration à moyen terme du Syndicat Intercommunal Omnisports de la vallée de l’Arve après la définition de l’intérêt communautaire ;
    - Remise à plat de l'ensemble du fonctionnement du Contrat de Développement Durable Rhône-Alpes pour viser une plus grande efficience.

    Nous avons le devoir de rechercher de l’efficience et surtout des économies d’échelles pour continuer de mener à bien nos missions et en développer de nouvelles en direction des habitants du territoire. Il nous faut rechercher l’exemplarité aussi dans tous nos modes de gestion.


    « LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION »

    Je ne voudrais pas terminer mon propos sans évoquer un sujet que beaucoup d’entre vous ont en tête : la Communauté d'Agglomération. Je le sais car j’ai rencontré beaucoup d’entre vous et nous en avons parlé ensemble. Ce n'est pas un sujet tabou.

    Il faut être très clair sur un tel sujet afin qu'aucune ambigüité d'aucune sorte ne puisse subsister.

    La question de la Communauté d’agglomération est tout sauf une question théorique. Ainsi, parler de la Communauté d'agglomération n'a aucun sens si nous ne sommes pas clairs sur trois questions :
    - avec qui ? (Faucigny-Glières, les Montagnes du Giffre, le Pays du Mont-Blanc)
    - pour quoi faire ? (c'est-à-dire quel projet)
    - quand ? (est ce un enjeu de court, moyen ou long terme)

    Les réponses s'imposent d'elles même.

    Les compétences légales d'une Communauté d'agglomération sont beaucoup plus larges que celles que nous connaissons aujourd’hui.

    Elles le seront encore davantage si l’on applique le principe de l’alignement sur la plus forte intégration des Communautés qui formeront l’agglomération.

    En termes clairs, remonteraient au niveau communautaire toutes les compétences d’origine de toutes les Communautés initiales, ce qui reviendrait à atteindre un niveau d’intégration très fort et surtout non choisi (voirie, petite enfance, services sociaux, équipements sportifs, touristiques et j'en passe).

    Nous venons seulement d’engager la convergence de l’impôt économique et celle de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères. Nous n’avons pas encore réglé la question des tarifs de l’assainissement et il faudrait s’engager vers d’autres convergences à marche forcée ?

    Ce n’est pas raisonnable ou du moins ce ne peut pas être notre priorité tant que nous n’avons pas conforté nos compétences et élaboré notre projet de territoire.

    Et puisque la question est d’actualité, la nouvelle organisation territoriale, actuellement en cours d'élaboration, ne doit pas nous faire perdre de vue la nécessité de faire avancer notre territoire avec le périmètre et les compétences qui sont les siens actuellement. Soyons acteurs de notre destin et force de proposition auprès de l’Etat le moment venu.

    Notre Communauté a besoin de se stabiliser, de se renforcer avant d'envisager des évolutions institutionnelles sans commune mesure avec celles que nous avons connues jusqu'alors. Notre Communauté a besoin de force et de maturité car elle a vocation à être la locomotive de la vallée et non pas être à la remorque d’autres territoires dont l’histoire intercommunale est très différente.

    Il ne s’agit pas de s’isoler mais au contraire de tisser des liens de confiance et de travail avec tous les territoires voisins afin de partager des politiques publiques dont nous savons qu’elles dépassent d’ores et déjà notre seul territoire. Je pense évidemment à la politique de la ville, aux transports, à l’aménagement du territoire.


    « CONCLUSION »

    Mes chers collègues,

    Vous l’avez compris, il nous faudra de l’énergie, du courage, du temps pour mettre tout cela en œuvre. Nous sommes 45 à avoir collectivement le même devoir.

    Dans quelques minutes, dans le secret de l'isoloir, vous choisirez le président et les vice-présidents qui auront la charge de notre intercommunalité pour les 6 ans qui viennent.

    C'est un choix libre que chacun d'entre nous fera, fort de la légitimité du suffrage universel et en conscience.

    N’oublions jamais que nous agissons dans l’intérêt des populations et au service des citoyens et que ceux-ci observent ce qui se passe ce soir et ce qu’il adviendra de l’action de la Communauté de communes Cluses, Arve et Montagne.

    Je vous remercie.

  • Discours de Loïc HERVE, Maire de Marnaz à La Pyramide

    Monsieur le Vice-Président du Sénat,
    Monsieur le Conseiller Général,
    Mesdames et Messieurs les Maires,
    Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,
    Mesdames, Messieurs,
    Mes chez concitoyens Marnerotes et Marnerots,

    Je vous souhaite la bienvenue à La Pyramide, dans ce lieu de culture qui fait la fierté et la renommée de Marnaz.

    Nous venons d'installer le nouveau Conseil municipal de Marnaz qui pendant 6 ans aura pour charge d'administrer la commune.

    C'est un événement important de la vie locale et je vous remercie d'y prendre part.

    Je veux vous présenter celles et ceux qui m'entoureront comme adjoints au Maire :
    Pascale CAMPS
    Robert GLEY
    Françoise DENIZON
    Thierry BENE
    Joëlle GUERIN
    Pierre PERY
    Chantal VANNSON

    Je veux devant vous leur témoigner de ma confiance et leur dire combien je compte sur eux pour, qu'à votre service, et avec l'ensemble des membres du Conseil municipal, nous soyons dignes de la confiance que vous nous avez témoignée dans les urnes dimanche dernier.

    Ils seront assistés de Conseillers municipaux délégués que je désignerai à l'issue d'une prochaine séance du Conseil municipal.

    Nous allons nous mettre au travail dès maintenant et concrétiser les propositions que nous avons développées au cours de la campagne électorale.

    Cadre de vie, sécurité, services à la population, éducation, économie et commerce, santé, culture. Autant de thématiques qui feront que le mandat 2014-2020 sera un mandat de maturité et demeura un mandat d'investissement dans l'avenir.

    Je veux m'adresser au personnel communal pour dire combien je suis fier du travail de nos équipes dans les services administratifs, techniques, périscolaires, sociaux ou de police municipale.

    Nous aurons l'occasion de nous rencontrer bientôt mais je tenais à vous adresser ce message de confiance et d'unité devant toutes les personnes présentes cet après-midi.

    Je veux aussi m'adresser aux représentants du monde économique et associatif, si dense sur Marnaz. Si notre commune est si dynamique, c'est grâce à vous !

    Enfin, je salue et je remercie du fond du cœur les Sapeurs Pompiers, les musiciens de nos deux formations musicales et les Anciens combattants pour les différents hommages que nous venons de rendre au Monument aux Morts et à René PRALON-BOUVIER, Maire honoraire de Marnaz et ancien Conseiller Général qui nous a quittés au mois de janvier.

    Quelle émotion de dévoiler cette plaque avec ceux qui ont succédé à René PRALON-BOUVIER et qui m'ont précédés : François PERNAT et Arlette DEBALME.

    J'en terminerai avec une maxime à laquelle je vous invite à réfléchir parce que je pense qu'elle pourrait nous servir de fil d'ariane dans l'exercice de nos fonctions. C'est une phrase tirée de Vol de Nuit d'Antoine de Saint-Exupéry : «  Dans la vie, il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent »

    Je vous remercie pour votre attention.