Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commune de Samoëns

  • Présentation de Jean Charles MOGENET à Cordon le 16 mai 2012

    Bonjour à tous,

    Habituellement modeste, je ne suis pas quelqu’un qui met forcément en avant son parcours. Mais quand on sollicite vos suffrages, il faut savoir se présenter.

    Jean Charles Mogenet, bientôt 44 ans, marié, 3 enfants.

    Originaire de Samoëns, j’y ai toujours vécu.

    Ma formation professionnelle a été volontairement courte, je voulais rapidement me retrouver en forêt. J’ai obtenu mon BEPA sylviculture et travaux forestiers en 1986. J’aurais pu devenir garde forestier, mais l’année de mon diplôme, le concours d’entrée à l’ONF n’a pas été organisé. Alors après quelques travaux saisonniers : Scierie, TP, Stations... je me suis installé en 1989 comme entrepreneur de travaux forestiers : Bucheron l’été et l’hiver employé en magasin de sport.

    Fin 1991, suite à une forte baisse de la demande en bois (crise de l’immobilier), j’arrête mon entreprise, je fais la saison d’hiver et je trouve du travail dans une entreprise de débardage par câble.
    Fin 1992, j’ai un accident en forêt, suffisamment sérieux pour que je ne puisse plus retourner au bois tout de suite : Périodes de rééducation ponctuées de divers travaux saisonniers lorsque c’était possible.
    1994 je démarre une entreprise comme paysagiste que j’ai développé jusqu’à présent. Au départ activité saisonnière, puis à temps plein en élargissant au déneigement, puis ensuite avec des salariés. La santé étant complètement revenue, j’ai développé une activité originale qui pouvait me rapprocher du milieu naturel et de la forêt : le débroussaillement en forte pente à l’aide de chenillettes et le débardage avec le même matériel.

    A partir de 2002, j’ai pratiqué des campagnes de débroussaillage pour les chasseurs, les associations foncières pastorales, des communes, des agriculteurs. (Par exemple c’est moi qui suis venu sur l’alpage des Bénés il y a 10 ans) Avec le débardage, l’élagage, le paysage et le déneigement, j’en avais de trop alors j’ai laissé les deux dernières activités à deux jeunes qui se sont installé sur la commune pour ne plus faire que du débroussaillage, du bucheronnage, du débardage et de l’élagage : mon activité actuelle que je pratique au sein d’une SARL. La constitution de cette société est la dernière évolution de mon entreprise : avec l’entrée de deux associés, nous pouvons maintenant proposer à peu près tous les travaux possibles en forêt et réhabilitation de terrain.

    Mes premières expériences personnelles en temps qu’élu, je les ai eue au sein d’une mutuelle d’assurance. Je suis responsable d’une caisse locale depuis 2000 et trésorier départemental de Groupama depuis 2004. Cet engagement m’a apporté beaucoup de soucis, mais aussi une grande richesse humaine et des opportunités de formation en développement personnel. Encore maintenant je suis un cursus sur deux ans à l’ISARA à Lyon sur le thème « du local au global ». En partant du monde agricole, nous abordons les enjeux de territoire avec la vision locale, régionale, nationale, européenne et mondiale. En gros ma formation n’est pas terminée, elle est devenue pour moi permanente.

    Je suis élu dans ma commune depuis 2008, vice président du SIVM du Haut-Giffre en charge du contrat rivière « Giffre Risse » et au sein du SIVM, je m’implique beaucoup en direction des espaces naturels. Nous portons actuellement un Plan Pastoral de territoire, deux Zones Natura 2000 et une charte forestière Arve Giffre dont je suis Coprésident avec Claude Hugard de Cluses. Je suis dernièrement entré au conseil d’administration de FIB 74 en temps que représentant des entrepreneurs de travaux forestiers.

    Le fils de mon père François Mogenet vice président du conseil général, c’est sûr que je le suis et j’en suis fier. J’espère un jour arriver à son niveau de sagesse.

    Comment je me définirais : enraciné et acteur du territoire.

    Mon engagement de ce soir aux cotés de Loïc Hervé est d’abord un partage de valeurs. Je me retrouve complètement dans ce qu’il va vous exposer ce soir. On se connaît un peu maintenant, ce que je peux vous dire et qu’il n’osera sûrement pas vous dire c’est qu’il est très organisé, il est méticuleux, passionné.

    Mon rôle de suppléant, je le vois de la façon suivante : échange de vues sur tout sujets avec le candidat, conseil dans les domaines que je maitrise le mieux, remontées d’informations vers lui, venant des échanges que je pourrais avoir avec vous. Ce rôle n’est pas ponctuel juste pour les élections, mais durant tout le mandat.

    Mon engagement est je trouve très complémentaire au sien : je suis élu d’une commune touristique, station de ski, proche des ruraux, très au fait du partage des usages et de l’aménagement du territoire en le vivant tous les jours. Loïc va se présenter et vous pourrez comparer nos parcours.

  • Discours de Marnaz, le 3 avril 2012 (1/5) : Introduction

    Mesdames, Messieurs, mes chers amis,

    Je suis très heureux de vous voir si nombreux ce soir dans cette Salle des Fêtes de Marnaz pour le lancement de ma campagne pour les élections législatives des 10 et 17 juin 2012.

    J'y vois là un heureux présage. J'y vois aussi un devoir, celui de ne pas décevoir l'intérêt que vous portez à la fois à cette élection et à ma démarche.

    Avec émotion, je salue l'équipe municipale de Marnaz que je conduis depuis 4 ans et qui fait de moi, un Maire heureux et fier de tout ce que nous menons à bien ensemble.

    Un Maire heureux et fier aussi de ce soutien amical et franc dans ces élections et dont j'ai chaque jour des preuves. Merci Pascale pour tes mots d'accueil, merci à tous.

    Permettez-moi de saluer chaleureusement les personnalités politiques présentes :
    - Jean-Paul AMOUDRY, Sénateur et Conseiller général de la Haute-Savoie, Président départemental de la formation politique à laquelle j'appartiens : le Nouveau Centre,
    - Maurice GRADEL, Conseiller général de ce canton et Maire de Scionzier,
    - Jean-Luc RIGAUT, Maire d'Annecy et Conseiller général de la Haute-Savoie,
    - Dominique PUTHOD, Conseiller général de la Haute-Savoie et adjoint au Maire d'Annecy,
    - Mesdames et Messieurs les Maires (Patricia ROSA, Maire d'Arâches-La Frasse, Bernard CARTIER, Maire de Châtillon-sur-Cluses, Jean-Pierre BLANCHET, Maire du Reposoir, Jacky MARTINELLI, Maire du Mont-Saxonnex, Gilbert CATALA, Maire de Thyez, Gilles PETIT-JEAN, Maire de Passy),
    - Mesdames et Messieurs les adjoints au Maire et Conseillers municipaux représentant de très nombreuses communes de la circonscription (Cluses, Magland, Samoëns...) et même au delà !
    Parmi eux, je fais un clin d'œil tout particulier à mes amis de la future Communauté de Communes Cluses, Arve et Montagnes, mes camarades de lutte !
    Nous attendons l'arrivée de Jean-Luc ARCADE, Président du Parti Radical de la Haute-Savoie.
    Je salue amicalement Philippe DEPARIS, candidat dans cette élection et qui me fait l'amitié de sa présence. Il me rend la politesse puisque j'étais présent au lancement de sa campagne à Cluses.

    Je tiens à excuser Éric FOURNIER, Conseiller régional et Maire de Chamonix-Mont-Blanc, ainsi que Bernard BOSSON, Ancien Ministre.


    Certains me connaissent, d'autres moins.

    Je sais que cet exercice est périlleux mais je veux vous dire ce soir ce qui dans ma vie m'a conduit à me présenter à cette élection législative.

    Oscar WILDE disait de la jeunesse qu'elle est un art.

    Je ne sais pas si cette affirmation est vraie, mais que dire d'autre alors si ce n'est que j'ai 31 ans, que je suis marié et père de deux charmants enfants.

    Face à un engagement comme celui des élections législatives qui va me demander beaucoup d'énergie et de temps, c'est à ma famille que je pense en premier ce soir.  

    J'ai grandi ici, je vis ici, je travaille ici, je suis élu ici et j'œuvre au quotidien dans les fonctions qui sont les miennes à la défense de tout ce qui permet à l'être humain de s'accomplir et de s'épanouir. Pour moi, il s'agit de la famille, du travail ou de la vie associative.

    Mes origines savoyardes et bretonnes, l'histoire de mes parents qui sont présents ce soir et que j'embrasse, nous ont accrochés, ma sœur, mon frère et moi à cette pente du Bargy.

    Marnaz, cette pente, ces montagnes que j'ai gravies, sans être un véritable alpiniste, sont mes racines, mon ancrage, mon terroir. J'aime le caractère des gens d'ici, l'ardeur au travail, la fidélité dans l'amitié. Ces traits de caractère ont été forgés par la rigueur du climat, la rudesse des éléments. Ces traits de caractère, je les ressens, je les ai faits miens.

    Et si j'ai choisi Marnaz pour cette première réunion, comme je l'avais fait le 23 janvier dernier pour l'annonce de ma candidature, c'est autant un choix qu'une évidence.

    Les hasards de la vie, la volonté d'Arlette DEBALME, mon prédécesseur, les élections de mars 2008 ont fait de moi le Maire de cette commune de Marnaz et le deuxième plus jeune maire de Haute-Savoie.

    Mais ce soir, j'en viens au plus important, je veux vous dire avec clarté ce que je compte faire dans cette élection, pour la France, pour notre territoire, et dans quel état d'esprit.

    Téléchargez le discours dans son intégralité au format PDF