Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Enfance

  • Scolarisation des élèves en situation de handicap

    Question adressée le 12/01/2017 à la Ministre de l’Éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

    M. Loïc Hervé attire l'attention de Mme la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur les difficultés que pose aux familles concernées et aux équipes enseignantes, le non remplacement des auxiliaires de vie scolaire (AVS) assurant l'accompagnement d'un élève en situation de handicap. En effet, aucune disposition, même aucun moyen n'est prévu pour pallier l'absence d'un AVS, même prévisible lors d'un congés maternité, alors que la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) s'est prononcée sur la situation de handicap et la nécessité de recourir à un projet personnalisé de scolarisation (PPS) défini à l'article D. 351-5 du code de l'Éducation. Ce non remplacement de poste, même s'il est établi dans le cadre d'un contrat aidé type contrat unique d'insertion (CUI), remet en cause le principe de l'inclusion scolaire de tous les enfants sans distinction, introduit dans la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, et rappelé par la loi n°2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République. Aussi, il lui demande ce qu'elle entend mettre en œuvre pour qu'en toute circonstance, le droit à l'accompagnement adapté et individualisé de chaque élève soit respecté.

  • Mobilisation des parents d'élèves de Marnaz contre la réforme des rythmes scolaires

    Ce mercredi 13 novembre au matin, avec plusieurs élus de Marnaz, je serai aux côtés des familles mobilisées contre cette réforme des rythmes scolaires.

    La semaine dernière, les conseils d'école de maternelle et d'élémentaire ont évoqué les difficultés considérables de cette réforme, son peu d'intérêt pour les enfants et son coût pour les parents et la collectivité.

    http://loicherve.hautetfort.com/media/00/00/824287396.34.JPG


  • Manif pour Tous à Annecy : Discours de Loïc HERVE, Maire de Marnaz #mariagepourtous

    Bonjour à tous,

    Il y a quelques mois, je n’aurais jamais imaginé être ici. J’en avais alors parlé avec certains amis présents ce matin, et je vous avoue que je ne voyais pas de problème aussi important dans l’idée d’un mariage pour les couples homosexuels.

    Et puis il y a eu l’annonce du projet de loi, redéfinissant complètement les règles du mariage et celles de la filiation, ouvrant immédiatement l’adoption. Il y a eu l’amendement annonçant l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples homosexuels. Il y a eu enfin le discours du Président de la République annonçant la liberté de conscience pour les maires et un démenti le lendemain même.

    Je m’appelle Loïc HERVE, j’ai 32 ans, je suis marié et père d’une petite fille et d’un petit garçon.

    Je suis Maire de Marnaz dans la vallée de l’Arve.

    Je considère le mariage civil comme une institution fondatrice du pacte social, je le dis chaque fois, et c’est un bonheur d’unir des hommes et des femmes, au nom de la loi. Pour un Maire comme pour ses adjoints, c’est sans doute l’un des actes du mandat qui est le plus fort, le plus significatif aussi.

    Si je suis parmi vous ce matin, comme j’étais à Paris le 13 janvier, c’est que je n’arrive pas à comprendre quelle urgence justifie que le législateur se mobilise sur cette seule question, alors que la situation économique, sociale et financière laisserait à penser que les priorités doivent être placées ailleurs.

    Si je suis parmi vous ce matin, c’est aussi parce que je considère que le débat a dérapé dès le début et qu’il a commencé par la disqualification, par l’insulte de tout opposant ou contradicteur.

    Réactionnaire, intégriste, homophobe, je vous assure que ça fait drôle quand vous êtes, comme moi, quelqu’un de modéré, de centre droit et qui trouve son inspiration dans les valeurs de la démocratie sociale et le personnalisme d'Emmanuel Mounier.

    Je suis favorable au renforcement des droits des couples homosexuels dans le cadre d’un PaCS amélioré.

    Je suis favorable à la reconnaissance de liens de fait entre des enfants et des adultes entre lesquels il n’existe pas de lien de sang. Cette reconnaissance ne peut se faire qu’au cas par cas et par la justice. Cette question dépasse les couples homosexuels et l’homoparentalité, elle touche à la famille, cette unité de vie si importante, base de la société. Lieu de bien de solidarités, lieu aussi de souffrance parfois.

    Je crois en revanche qu’il est grave de remettre en cause toutes les règles du mariage et de filiation, de supprimer par exemple l’altérite sexuée, rendant ainsi semblables des choses qui ne le sont pas et qui ne le seront jamais.

    Quand on touche à la famille, à l’enfance, à l’école, il faut toucher à la loi, comme disait PORTALIS, l’un des pères du Code Civil, d’une main tremblante.

    Le Maire, le père de famille, le mari, est fier d’être parmi vous, et je vous engage à continuer le combat que vous menez car il portera de toutes les façons des fruits.