Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Haute-Savoie

  • Loïc HERVÉ, Sénateur de la Haute-Savoie, a rencontré les élus des cantons de Gaillard et d’Annemasse

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Mardi 28 mars 2017, Loïc HERVÉ, sénateur de la Haute-Savoie, est allé à la rencontre des élus des cantons de Gaillard et d’Annemasse.

    Il a rappelé le fonctionnement du Sénat et ses missions au sein de cette institution et leur a présenté le travail parlementaire accompli pendant près de 3 ans.

    À cette occasion, les élus locaux ont pu évoquer les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Ainsi, les déserts médicaux, le fonctionnement des institutions, le transfert de la compétence économique à la Région mais encore la réglementation en matière de production de logements sociaux ont été les thématiques principalement développées.

    En amont de ses échanges riches, le Sénateur s’est entretenu avec Nadine JACQUIER, Maire de Ville-la-Grand récemment élue, qui lui a exposé les projets de sa commune. Il a également visité l’entreprise Ethical Coffee Compagny située à Ville la Grand qui a développé un concept de capsule de café bio et éthique.  « Une découverte appréciée qui mérite d’être soutenue ».

    DSC_0024.JPG

     

  • Permanence parlementaire : nouvelles coordonnées postales

    Merci de noter mes nouvelles coordonnées postales :

    Permanence parlementaire de
    Loïc Hervé, Sénateur de la Haute-Savoie

    2 place des Allobroges
    74300 CLUSES

  • [Le Dauphiné Libéré, 21 août 2014] Sénatoriales : Loïc Hervé, le « vrai candidat » du centre

    Loïc Hervé a officiellement présenté mardi la liste (*) qu’il conduit pour les élections sénatoriales du 28 septembre. Le maire de Marnaz entend décrocher un siège de sénateur et profite de l’approche de la fin de la trêve estivale pour lancer la dernière ligne droite de sa campagne.

    Soutenu -pour ne pas dire poussé- par Jean-Paul Amoudry (le sénateur sortant, cinquième de liste) et Jean-Luc Rigaut (le maire d’Annecy, n°3) le jeune maire entend bien prouver que le centre a toute sa place dans le département… et que lui seul incarne réellement cette ligne, alors que d’autres candidatures risquent de chasser sur les mêmes territoires. « Nous, nous ne sommes pas au centre. Nous sommes le centre. Les choses sont claires. Nous avons une ligne et des valeurs que nous défendrons. »

    Pas question en revanche de se positionner ailleurs que dans l’opposition. « L’enjeu, c’est contribuer au retour d’une majorité de centre droit au sénat » insiste Loïc Hervé.

    Sa campagne sera d’ailleurs largement axée sur des reproches adressés au gouvernement, notamment dans le dossier de la réforme territoriale. « Le centre, c’est la confiance dans les territoires. Or, que se passe-t-il dans la réforme actuelle ? Le président de la République dessine des cartes avant de s’intéresser aux compétences. C’est faire les choses à l’envers ! »

    Selon le candidat, les élus locaux du département ne sont pas opposés aux réformes. « Mais ils veulent les comprendre et savoir ce qui va se passer. Or, pour le moment, les choses changent sans cesse. »

    « Le bonheur absolu »

    « Trouvez-vous normal d’avoir établi une nouvelle carte des cantons pour dire quelques mois après que les conseils généraux vont disparaître ? » renchérit Jean-Paul Amoudry. Il assure que le “nouveau” sénat devra être porteur de projet et exercer son vrai pouvoir de contrôle de l’action du gouvernement, tout en étant capable de construire l’avenir. « On a besoin d’élus du XXIe siècle. On ne doit jamais voter pour un bilan, mais toujours pour un projet » estime-t-il. « On n’attend pas d’un sénateur qu’il soit juste là le dimanche devant les monuments » ajoute Jean-Luc Rigaut.

    Avec ce discours, l’UDI haut-savoyarde compte bien conserver un siège au Sénat. C’est en tout cas l’objectif réel affiché. « Mais si nous en emportons deux, ce serait le bonheur absolu » glisse tout de même le maire d’Annecy.

    Julien ESTRANGIN

    http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/08/21/loic-herve-le-vrai-candidat-du-centre

  • Jean-Paul AMOUDRY : "Pourquoi je souhaite le renouveau aux prochaines élections sénatoriales" #senatoriales2014

    Ayant été élu en 1995, et réélu en 2004, il m’a paru nécessaire de m’arrêter sur diverses considérations avant de prendre toute décision à l’égard de cette prochaine échéance électorale.

    1) Le contexte politique national, marqué par la très préoccupante distance prise par les Françaises et les Français à l’égard des acteurs politiques, doit convaincre ceux-ci de tout faire pour retrouver la confiance de l’opinion : il en va de la vitalité, voire de l’avenir de notre démocratie. Pour restaurer cette confiance, le renouvellement des responsables politiques m’apparaît comme l’une des voies qui s’impose pour rapprocher les Français de leurs élus nationaux. En particulier, au moment où beaucoup de nos jeunes compatriotes font le choix de vivre et travailler hors de leur Pays, il est souhaitable que cette nouvelle génération puisse se reconnaitre dans les dirigeants politiques, et que ses aspirations puissent d’autant mieux être prises en compte dans les décisions qui concernent l’avenir de la France.

    2) Notre société est traversée par des évolutions extrêmement rapides et profondes dues à la mondialisation, à l’entrée dans l’ère du numérique, à la remise en cause de plusieurs fondements de la société. Ainsi, nous avançons dans un monde radicalement nouveau... Les défis auxquels nous sommes confrontés exigent que des idées neuves émergent et que des réponses soient apportées, afin de tracer des voies d’avenir fondées sur de nouvelles bases et références éthiques et sociétales. Ces réponses ne peuvent, à l’évidence, être définies sans le concours actif des générations nouvelles, à la fois parce qu’elles sont au premier chef concernées par cet avenir, et parce qu’elles sont le mieux à même de s’approprier le contexte créé par les évolutions sociétales et technologiques actuelles. C’est pourquoi l’entrée au Parlement de représentants des nouvelles générations me parait s’imposer.

    3) Enfin, le corps électoral des grands électeurs a été, depuis ma première élection en 1995, renouvelé à 3 reprises (2001, 2008, 2014). Si bien que les grands électeurs ont été renouvelés à près de 90%. Dès lors, s’il est concevable que soient réélus des Sénateurs candidats au renouvellement de leur mandat, il est tout aussi souhaitable que le corps électoral sénatorial puisse faire le choix du renouveau.

    C’est donc cette voie du renouveau que j’ai choisie, qui ne peut d’ailleurs que servir la cause et l’image du Sénat. Après avoir soumis mes réflexions et conclusions à mes amis élus centristes haut-savoyards, en âge et capacité d’incarner ce renouveau, c’est le Maire de Marnaz, Loïc HERVÉ qui a été pressenti par ses collègues pour présenter sa candidature à la prochaine élection sénatoriale. Loïc HERVÉ dispose d’une solide expérience de l’administration territoriale, condition nécessaire pour siéger efficacement au sein du Grand Conseil des collectivités françaises. Mais, il possède aussi les connaissances et qualités indispensables pour débattre utilement des innombrables et complexes questions de politique nationale, européenne et internationale qui nourrissent le travail législatif comme la mission de contrôle de l’action gouvernementale. Je serais très heureux que cet homme de conviction, partageant mes valeurs et orientations politiques, soit élu au Sénat de la République, où je sais qu’il aura la volonté et la capacité de servir la France et son territoire d’élection avec dignité et efficacité.

  • [Le Dauphiné Libéré, 11 mars 2013] La Roche-sur-Foron - Une soixantaine de responsables politiques chrétiens ont réflechi sur diverses problématiques

    jean-louis mivel, joël baud-grasset, jean-claude carle, yves boivineau, georges constantin

    Source : Le Dauphiné Libéré

  • Manif pour Tous à Annecy : Discours de Loïc HERVE, Maire de Marnaz #mariagepourtous

    Bonjour à tous,

    Il y a quelques mois, je n’aurais jamais imaginé être ici. J’en avais alors parlé avec certains amis présents ce matin, et je vous avoue que je ne voyais pas de problème aussi important dans l’idée d’un mariage pour les couples homosexuels.

    Et puis il y a eu l’annonce du projet de loi, redéfinissant complètement les règles du mariage et celles de la filiation, ouvrant immédiatement l’adoption. Il y a eu l’amendement annonçant l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples homosexuels. Il y a eu enfin le discours du Président de la République annonçant la liberté de conscience pour les maires et un démenti le lendemain même.

    Je m’appelle Loïc HERVE, j’ai 32 ans, je suis marié et père d’une petite fille et d’un petit garçon.

    Je suis Maire de Marnaz dans la vallée de l’Arve.

    Je considère le mariage civil comme une institution fondatrice du pacte social, je le dis chaque fois, et c’est un bonheur d’unir des hommes et des femmes, au nom de la loi. Pour un Maire comme pour ses adjoints, c’est sans doute l’un des actes du mandat qui est le plus fort, le plus significatif aussi.

    Si je suis parmi vous ce matin, comme j’étais à Paris le 13 janvier, c’est que je n’arrive pas à comprendre quelle urgence justifie que le législateur se mobilise sur cette seule question, alors que la situation économique, sociale et financière laisserait à penser que les priorités doivent être placées ailleurs.

    Si je suis parmi vous ce matin, c’est aussi parce que je considère que le débat a dérapé dès le début et qu’il a commencé par la disqualification, par l’insulte de tout opposant ou contradicteur.

    Réactionnaire, intégriste, homophobe, je vous assure que ça fait drôle quand vous êtes, comme moi, quelqu’un de modéré, de centre droit et qui trouve son inspiration dans les valeurs de la démocratie sociale et le personnalisme d'Emmanuel Mounier.

    Je suis favorable au renforcement des droits des couples homosexuels dans le cadre d’un PaCS amélioré.

    Je suis favorable à la reconnaissance de liens de fait entre des enfants et des adultes entre lesquels il n’existe pas de lien de sang. Cette reconnaissance ne peut se faire qu’au cas par cas et par la justice. Cette question dépasse les couples homosexuels et l’homoparentalité, elle touche à la famille, cette unité de vie si importante, base de la société. Lieu de bien de solidarités, lieu aussi de souffrance parfois.

    Je crois en revanche qu’il est grave de remettre en cause toutes les règles du mariage et de filiation, de supprimer par exemple l’altérite sexuée, rendant ainsi semblables des choses qui ne le sont pas et qui ne le seront jamais.

    Quand on touche à la famille, à l’enfance, à l’école, il faut toucher à la loi, comme disait PORTALIS, l’un des pères du Code Civil, d’une main tremblante.

    Le Maire, le père de famille, le mari, est fier d’être parmi vous, et je vous engage à continuer le combat que vous menez car il portera de toutes les façons des fruits.