Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sénatoriales 2014 Haute-Savoie

  • [L'Essor Savoyard, 25 septembre 2014] Sénatoriales : 10 listes engagées dans la bataille

    élections, sénatoriales, haute-savoie, sénat

    Cliquez sur l'article pour l'agrandir

  • Rencontre de la Liste Loïc HERVE, "la force des convictions", le 25 septembre 2014 à Annecy @UDI_off

    Dans le cadre des élections sénatoriales, nous vous invitons à une rencontre qui aura lieu :

     le jeudi 25 septembre à 19 heures 30
    Salle des Eaux et Forêts à Annecy (113, boulevard du Fier)

    Cette réunion est ouverte à toutes les personnes intéressées par notre candidature.

    Loïc HERVE
    Christine BURKI
    Jean-Luc RIGAUT

    Marie-Claude NABET
    Jean-Paul AMOUDRY

  • #sénatoriales2014 : Téléchargez nos documents de campagne

    élections, sénatoriales, haute-savoie, sénat

     La lettre de candidature

    Le document de campagne

    La profession de foi

  • Ernest NYCOLLIN, ancien Président du Conseil Général de la Haute-Savoie apporte son soutien à Loïc HERVE et à sa liste

    http://loicherve.hautetfort.com/media/02/00/4107385309.PNG

    Photo : Loïc HERVE

     

  • Rencontre de la Liste Loïc HERVE, "la force des convictions", le 23 septembre 2014 à Thonon-les-Bains

    Dans le cadre des élections sénatoriales, nous vous invitons à une rencontre qui aura lieu :

     le mardi 23 septembre à 19 heures 30
    Espace Tully à Thonon-les-Bains (8, rue des Abattoirs)

    Cette réunion est ouverte à toutes les personnes intéressées par notre candidature.

    Loïc HERVE
    Christine BURKI
    Jean-Luc RIGAUT

    Marie-Claude NABET
    Jean-Paul AMOUDRY

  • Rencontre de la Liste Loïc HERVE, "la force des convictions", le 22 septembre 2014 à Saint-Julien-en-Genevois

    Dans le cadre des élections sénatoriales, nous vous invitons à une rencontre qui aura lieu :

    le lundi 22 septembre de 18 heures à 19 heures
    Salle Jules Ferry, Saint-Julien-en-Genevois

    Cette réunion est ouverte à toutes les personnes intéressées par notre candidature.

    Loïc HERVE
    Christine BURKI
    Jean-Luc RIGAUT

    Marie-Claude NABET
    Jean-Paul AMOUDRY

  • Rencontre de la Liste Loïc HERVE, "la force des convictions", le 18 septembre 2014 à Thyez

    Dans le cadre des élections sénatoriales, nous vous invitons à une rencontre qui aura lieu :

     le jeudi 18 septembre à 19 heures 30
    Forum des Lacs à Thyez (269, rue des Sorbiers).

    Cette réunion est ouverte à toutes les personnes intéressées par notre candidature.

    Loïc HERVE
    Christine BURKI
    Jean-Luc RIGAUT

    Marie-Claude NABET
    Jean-Paul AMOUDRY

  • Intervention devant l'Assemblée Générale des Maires Ruraux de la Haute-Savoie, le 12 septembre 2014 à Saint-Sixt

    http://loicherve.hautetfort.com/media/02/02/824287396.19.JPG

    AG des MAIRES RURAUX

    12 septembre 2014, Saint-Sixt

     

    Mesdames, Messieurs les Maires, chers collègues,

    Je voudrais féliciter le bureau de l’Association des Maires Ruraux de Haute-Savoie, et sa présidente, notre amie Marie-Antoinette METRAL, de cette initiative qui permet aux différents candidats de s’exprimer sur l’avenir des territoires ruraux à quelques jours de l’élection sénatoriale.

    Je prends la parole au nom des candidats de notre liste dont plusieurs sont présents ce soir : Christine BURKI, Jean-Luc RIGAUT et Jean-Paul AMOUDRY. Je tiens à excuser notre collègue Marie-Claude NABET.

    Apporter une vision de l’avenir de la ruralité, notamment en Haute-Savoie, suppose tout d’abord de dégager les principaux enjeux, avant d’en venir aux propositions. Dans un troisième temps, il nous faudra, évidemment, évoquer la réforme territoriale.

    Dans « l’identité de la France », l’historien Fernand BRAUDEL propose de « partir des villages » pour comprendre notre pays, son histoire et sa culture.

    C’est pour nous d’une certaine manière le véritable enjeu de cette élection sénatoriale dans la période très singulière que nous connaissons.

    Les nombreuses rencontres dans les différents territoires ruraux nous permettent de dresser un diagnostic des difficultés que vous rencontrez, parmi lesquelles :

    - L’emploi tout d’abord. La ruralité n’échappe pas à la crise de l’emploi, renforcée souvent par l’éloignement des bassins d’emploi, des grands axes de communication ;

    - L’éducation avec la question de la viabilité des écoles, qui sont pourtant tellement liées au maintien d’une vie sociale dans nos villages ;

    - La santé et la dépendance, parce qu’il est difficile voire impossible de maintenir des personnels soignants (médecins, infirmières, autres professionnels) dans les territoires ;

    - L’environnement, parce que les territoires ruraux supportent la charge du maintien de la biodiversité, des paysages…

    - La sécurité enfin, car les territoires ruraux n’échappent pas à la diffusion de la délinquance, le phénomène étant également largement renforcé sociologiquement par l’établissement de « rurbains » dont les exigences dépassent souvent les capacités mêmes des collectivités.

    Face à ces constats, nous devons concevoir des politiques visant à renforcer les territoires ruraux, pour qu’ils restent des territoires d’avenir.

    - Dans le domaine de l’emploi, il convient de poser de nouveaux jalons du développement économique. En cela, déployer la desserte numérique de tous les territoires apparaît indispensable, pour permettre la création d’entreprises, vecteur de croissance.

    - L’évolution de l’organisation scolaire doit être anticipée et la manière de mettre en œuvre les réformes singulièrement adaptée. Je ne prendrai comme exemple que la question des rythmes scolaires en saluant le travail de ma colistière Christine BURKI, élue d’une commune rurale, dans la recherche de solutions innovantes et économiques pour la mise en œuvre d’une telle réforme.

    - Face à la désertification médicale et à la nécessité de contribuer au maintien à domicile, la création de structures de proximité, souvent intercommunales, devient nécessaire, et suppose l’appui des échelons régional et national, car il en va de l’égalité aux soins, et c’est un véritable enjeu de cohésion républicaine.

    - La France est un territoire magnifique qui doit à sa nature et à ses paysages d’être le pays le plus visité au monde. La défense et la valorisation de l’environnement de chaque commune rurale doit être décidée et gérée par les élus des communes concernées, et nullement imposée de l’extérieur.

    - Sur les questions de sécurité, je crois qu’il faut davantage travailler l’articulation « politique de la ville et soutien de la ruralité », et doter nos forces de gendarmerie des moyens de leur action avec l’adaptation au milieu.

     

    J’en viens maintenant à la réforme territoriale qui s’annonce, et qui doit prendre en compte différents aspects :

    - Tout d’abord, la réforme et le renforcement du rôle indispensable du Sénat, comme institution parlementaire d’équilibre et de défense des territoires ruraux ;

    - La nécessité que la loi génère des normes adaptées tenant compte des seuils de population ;

    - L’opposition à la disparition du Conseil Général telle qu’elle a été annoncée car cette institution est la garantie d’une vraie péréquation et en Haute-Savoie de la vitalité de nos territoires ruraux.

    - Si l’intercommunalité se renforce, il faut aussi renforcer les liens entre l’échelon communal et l’échelon intercommunal, favoriser les mutualisations et la recherche de marges nouvelles d’efficacité. Cela passe par la redéfinition claire dans la loi d’une représentativité au sein de l’intercommunalité, représentativité mise à mal par la récente décision du Conseil Constitutionnel (jurisprudence Salbris). Il appartiendra au législateur d’y revenir.

    En Haute-Savoie, comme dans de très nombreuses régions, les territoires ruraux sont des territoires d’avenir, encore faut-il que les responsables publics, en particulier les parlementaires, aient la volonté d’en défendre la cause. Le groupe de l’Union Centriste - Union des Démocrates et Indépendants, dans lequel Jean Paul AMOUDRY siège depuis 19 ans, en a constamment fait la preuve.

    Chers collègues,

    En cette année de commémoration du Centenaire de 1914, rappelons-nous les bouleversements engendrés sur notre Nation et ses impacts sur le monde rural.

    De cette terrible épreuve, la France s’est néanmoins relevée, et nul doute que c’est en particulier grâce aux ressources humaines de ses populations rurales. Demain, comme hier, la ruralité occupera une place incontournable dans le redressement du pays. Elle sera l’une des grandes priorités de notre action !

    Je vous remercie pour votre attention.

  • Les candidats de la Liste Loïc HERVE, "la force des convictions", soutenue par l'UDI et l'Union Centriste @UDI_off

    1 - Loïc HERVE
     
     
     
    2 - Christine BURKI

     
     
    3 - Jean-Luc RIGAUT
     
     
     
    4 - Marie-Claude NABET
     
     
     
    5 - Jean-Paul AMOUDRY

     

  • Elections #sénatoriales : les candidats à la rencontre des délégués sénatoriaux

    Le jeudi 18 septembre à 19 heures 30
    Forum des Lacs à Thyez (269, rue des Sorbiers)

    Le lundi 22 septembre de 18 à 19 heures
    Salle Jules Ferry à Saint-Julien-en-Genevois (2, avenue de Genève)

    Le mardi 23 septembre à 19 heures 30
    Espace Tully à Thonon-les-Bains (8, avenue des Abattoirs)

    Le jeudi 25 septembre à 19 heures 30
    Salle des Eaux et Forêts à Annecy (113, boulevard du Fier)

  • [Le Messager, 4 septembre 2014] Elections sénatoriales : l'UDI dévoile sa liste

    UDI

  • [Le Dauphiné Libéré, 21 août 2014] Sénatoriales : Loïc Hervé, le « vrai candidat » du centre

    Loïc Hervé a officiellement présenté mardi la liste (*) qu’il conduit pour les élections sénatoriales du 28 septembre. Le maire de Marnaz entend décrocher un siège de sénateur et profite de l’approche de la fin de la trêve estivale pour lancer la dernière ligne droite de sa campagne.

    Soutenu -pour ne pas dire poussé- par Jean-Paul Amoudry (le sénateur sortant, cinquième de liste) et Jean-Luc Rigaut (le maire d’Annecy, n°3) le jeune maire entend bien prouver que le centre a toute sa place dans le département… et que lui seul incarne réellement cette ligne, alors que d’autres candidatures risquent de chasser sur les mêmes territoires. « Nous, nous ne sommes pas au centre. Nous sommes le centre. Les choses sont claires. Nous avons une ligne et des valeurs que nous défendrons. »

    Pas question en revanche de se positionner ailleurs que dans l’opposition. « L’enjeu, c’est contribuer au retour d’une majorité de centre droit au sénat » insiste Loïc Hervé.

    Sa campagne sera d’ailleurs largement axée sur des reproches adressés au gouvernement, notamment dans le dossier de la réforme territoriale. « Le centre, c’est la confiance dans les territoires. Or, que se passe-t-il dans la réforme actuelle ? Le président de la République dessine des cartes avant de s’intéresser aux compétences. C’est faire les choses à l’envers ! »

    Selon le candidat, les élus locaux du département ne sont pas opposés aux réformes. « Mais ils veulent les comprendre et savoir ce qui va se passer. Or, pour le moment, les choses changent sans cesse. »

    « Le bonheur absolu »

    « Trouvez-vous normal d’avoir établi une nouvelle carte des cantons pour dire quelques mois après que les conseils généraux vont disparaître ? » renchérit Jean-Paul Amoudry. Il assure que le “nouveau” sénat devra être porteur de projet et exercer son vrai pouvoir de contrôle de l’action du gouvernement, tout en étant capable de construire l’avenir. « On a besoin d’élus du XXIe siècle. On ne doit jamais voter pour un bilan, mais toujours pour un projet » estime-t-il. « On n’attend pas d’un sénateur qu’il soit juste là le dimanche devant les monuments » ajoute Jean-Luc Rigaut.

    Avec ce discours, l’UDI haut-savoyarde compte bien conserver un siège au Sénat. C’est en tout cas l’objectif réel affiché. « Mais si nous en emportons deux, ce serait le bonheur absolu » glisse tout de même le maire d’Annecy.

    Julien ESTRANGIN

    http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/08/21/loic-herve-le-vrai-candidat-du-centre

  • [L'Essor savoyard / Le Messager] Sénatoriales : le candidat centriste Loïc Hervé présente sa liste @UDI_off @Infos_UDI

    Candidat pour l'UDI aux prochaines élections sénatoriales en Haute-Savoie, le jeune maire de Marnaz Loïc Hervé (34 ans) a présenté officiellement ses colistiers ce mardi 19 août à Annecy : à ses côtés, deux femmes, Christine Burki, conseillère municipale de Lucinges et Marie-Claude Nabet, ancienne maire de Marin, et deux hommes, Jean-Luc Rigaut, maire d'Annecy, président de l'Agglo et patron de l'UDI 74, et bien entendu le sénateur sortant Jean-Paul Amoudry.

    Ce dernier vante la qualité de l'équipe : "Nous disposons d'une liste complète et diverse. C'est important d'avoir un ancien sénateur, qui apporte son expérience, mais aussi des élus venus de tous les territoires du département pour qu'ils apportent leur point de vue ."

    L'Essor savoyard : http://www.lessorsavoyard.fr/Actualite/Fil_Infos_regionales/article_1837199.shtml

    Le Messager : http://www.lemessager.fr/Actualite/Fil_Infos_regionales/2014/08/19/article_s_eacute_natoriales_le_candidat_centrist.shtml   

  • [Le Dauphiné Libéré, 8 août 2014] Jean-Paul Amoudry : « L’UDI a sa place dans le département » @UDI_off

    Le seul sénateur centriste du département laissera sa place en septembre. Il a déjà adoubé celui qu’il espère voir lui succéder, le maire de Marnaz, Loïc Hervé. Mais à l’heure du bilan, Jean-Paul Amoudry garde un regard acéré sur l’avenir de la Haute-Savoie.

    Entretien.

    Pourquoi avoir choisi de renoncer au Sénat. Vous auriez pu espérer un mandat de plus, non ?

    Mais ma décision relève d’une logique de renouvellement. Je me suis dit qu’il fallait des limites. Au bout d’un certain temps, il faut que les postes tournent. Au Sénat, les jeunes générations n’ont pas suffisamment de place. Je pense que le discrédit qui frappe aujourd’hui le personnel politique est en partie lié au non-renouvellement des élus. Il y a une logique à ce que le changement se fasse.

    Et vous avez désigné celui que vous aimeriez voir à votre place.

    Les grands électeurs décideront. Mais c’est vrai, j’ai préparé les choses. Il y avait trois élus en mesure de répondre à mon appel : Jean-Luc Rigaut, Eric Fournier, le maire de Chamonix et Loïc Hervé, maire de Marnaz. Je les ai réunis et je leur ai dit : « ce sera un de vous trois. » Finalement, c’est Loïc qui a été choisi. Il aime la politique et il a été mon assistant. Pour être sénateur, il faut à la fois avoir une expérience de terrain et disposer d’une hauteur de vue pour pouvoir légiférer. Je pense qu’il a ces qualités.

    Y’a-t-il vraiment de la place pour un parlementaire UDI en Haute-Savoie ?

    Oui, je pense qu’il est important d’avoir un parlementaire centriste ici. Les Haut-Savoyards en attendent beaucoup. D’une manière générale, je crois que le pays ne doit pas avoir que le FN comme alternative au PS et à l’UMP.

    La candidate socialiste dissidente, Sylvie Gillet de Thorey, entend elle aussi rassembler les voix du centre lors des sénatoriales.

    Personne n’est dupe de son jeu ! Elle tentera de se faire élire au centre, mais si elle est élue, elle s’inscrira au groupe PS et soutiendra la politique du gouvernement. Ou alors, qu’elle rejoigne dès maintenant l’UDI ou l’UMP.

    Vous-même, allez-vous conserver des activités politiques ?

    Je conserverai la présidence du Syane, qui me passionne. L’aménagement numérique du territoire de la Haute-Savoie est un sujet majeur. Il faut pousser ce projet. Et j’aurai désormais plus de temps à y consacrer, maintenant que les fondations sont posées. Et puis, je reste conseiller général.

    Justement, croyez-vous au bien-fondé de la réforme territoriale ?

    On ne doit pas réformer la carte avant de se pencher sur la question des compétences. C’est ça qui est important. La réforme doit permettre un meilleur emploi des finances publiques et prendre en compte les différences entre les territoires (la montagne, le littoral, etc.) Or, pour le moment, on fait tout l’inverse. On est en train de dessiner une carte en tenant juste compte des désirs des barons socialistes. Il ne faut pas nous prendre pour des perdreaux d’avril ! Tout ça manque de vérité dans le discours.

    Quels sont les défis que va devoir relever la Haute-Savoie dans les années à venir ?

    Je crois qu’il y en trois : d’abord, conserver son attractivité, sans devenir le village résidentiel de Genève. Ensuite, réussir le pari d’aménager son territoire, tout en protégeant son espace et en réglant le problème des modes de déplacement. Savez-vous par exemple que nous avons ici 640 voitures pour 1 000 habitants, contre 480/1 000 en moyenne dans le pays ? Enfin, troisième défi : réussir sa mutation institutionnelle avec les communes nouvelles, les intercommunalités.

    Entretien avec Julien ESTRANGIN

    http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/08/08/jean-paul-amoudry-l-udi-a-sa-place-dans-le-departement 

    http://blog.jean-paul-amoudry.org/post/Le-S%C3%A9nateur-UDI%2C-qui-ne-se-repr%C3%A9sente-pas%2C-dresse-le-bilan-de-son-mandat

  • Loïc HERVE, Christine BURKI, Jean-Luc RIGAUT, Marie-Claude NABET et Jean-Paul AMOUDRY s'adressent aux délégués sénatoriaux

    Téléchargez la lettre aux délégués sénatoriaux

    Le 28 septembre prochain, vous serez invités à désigner pour 6 ans les trois sénateurs haut-savoyards.

    Comme le prévoit désormais la loi, pour les départements disposant de 3 sièges de sénateur, les électrices et électeurs auront à choisir une seule liste, composée de 3 candidats titulaires et 2 suppléants, dans le respect du principe de parité.

    Nous avons l’honneur de soumettre notre candidature à vos suffrages, et de solliciter votre confiance à un moment crucial, où nos compatriotes sont massivement gagnés par le doute sur l’avenir de notre pays, habités par une défiance extrême à l’égard des responsables politiques, et où s’annoncent de profondes réformes de nos collectivités territoriales.

    Nous mesurons l’ampleur de ces difficultés et défis.

    Partageant les mêmes valeurs et convictions : de primauté de la personne humaine dans les choix politiques, de confiance dans la liberté d’entreprise et l’économie de marché au service de solidarités responsables, de construction d’une Europe plus démocratique et proche des citoyens, nous nous engageons à servir ces idéaux dans l’exercice des missions parlementaires, qu’il s’agisse de l’élaboration des lois comme du contrôle de l’action gouvernementale.

    Engagés au service des collectivités haut-savoyardes, nous défendrons l’identité et les spécificités de notre département, afin de soutenir un développement équilibré et harmonieux de ses cités, espaces ruraux et territoires d’altitude.

    La complémentarité et la diversité de nos expériences, dans nos mandats locaux comme dans les activités parlementaires, sera garante de la meilleure efficacité possible de nos actions.
    Nous aurons le plaisir de venir exposer devant vous nos orientations, répondre à vos interrogations et recueillir vos préoccupations, à l’occasion de réunions auxquelles vous serez prochainement invités.

  • Interview de Loïc Hervé par le Dauphiné Libéré : « Il faut une réflexion sur le rôle du Sénat » (19 juillet 2014)

    R2014_07_19_m.jpg

    Loïc Hervé est méticuleux. Le maire de Marnaz a déjà plusieurs campagnes électorales à son actif et il sait qu’on ne part pas pour les municipales au dernier moment. Jean-Paul Amoudry, sénateur sortant, lui a passé le relais à la fin du mois de mai. Depuis le 20 juin, Loïc Hervé rencontre à tout de rôle les élus des 294 communes du département suivant une organisation précise. Alors que la gauche et la droite haut-savoyardes montrent leurs divisions, il dit sentir au fil des réunions, une dynamique se créer.

    Être tête de liste UDI en Haute-Savoie vous place en position plus que favorable pour devenir sénateur le 28 septembre prochain, mais pourquoi faire ?

    « Le pays est en train de revoir son organisation territoriale. Je ressens un réel besoin des élus du département de vouloir être entendu, écouté. Il faut que les représentants du peuple soient entendus et qu’il y ait une juste adéquation entre les compétences et les collectivités qui seront chargées de les administrer. Être sénateur, c’est aussi concourir à la fabrication de la loi et au contrôle de l’action du gouvernement. Cela m’intéresse de participer à ce niveau-là. Je pense qu’il est aussi important de ne pas limiter son champ d’action à un territoire et de voir plus loin. Être sénateur, ce n’est pas forcément une consécration de carrière politique, c’est aussi servir un temps donné son pays. »

    Être sénateur, est-ce aussi une façon d’accroître la portée de vos actions ?

    Être parlementaire, c’est aussi avoir un rôle de facilitateur de projets apportés par la collectivité locale, c’est accompagner de tout son poids le développement économique du territoire, c’est d’être à l’écoute des citoyens, des élus et d’être une interface pour dénouer les problèmes intercommunaux.

    Le parti centriste a-t-il un rôle particulier à jouer ?

    Il faut chercher le consensus et prendre les bonnes options qu’elles soient de gauche ou de droite. Le centre a une ligne politique claire sur la place de la France en Europe et sur la décentralisation qui sont deux sujets majeurs. Nous pensons que les élus des territoires ont un rôle majeur à jouer.

    Si vous êtes élu, à 34 ans, vous allez faire baisser la moyenne d’âge du Sénat…

    La loi a fait passer la limite d’âge pour être élu au Sénat de 35 à 24 ans. C’est bien qu’il soit représentatif des différentes classes d’âge… Je serai attentif aux questions de la jeunesse française qui part à l’étranger, qui a du mal à trouver du boulot, qui s’interroge sur son avenir. Mais, au-delà de la jeunesse, il faut aussi une réflexion sur le rôle du Sénat qui est parfois source d’incompréhensions. Il faudrait renforcer ses pouvoirs et revoir son organisation.

    Vous êtes maire de Marnaz et président de la Communauté de communes Cluses Arve et Montagnes, si vous êtes élus, comment allez-vous gérer votre emploi du temps ?

    Je conserverai ces responsabilités et je m’appuierai sur d’autres personnes pour le reste. En 2017, je me conformerai aux obligations légales en matière de non-cumul.

    Loïc Hervé va actuellement à la rencontre des grands électeurs du département. Avec Christine Burki, conseillère municipale de Lucinges, et Jean-Luc Rigaut, maire d’Annecy, respectivement en deuxième et troisième place sur la liste UDI, en compagnie aussi de Marie-Claude Nabet, maire de Marin, et Jean-Paul Amoudry, ils écoutent les préoccupations des élus locaux. « Ils sont nombreux à s’interroger sur la réforme territoriale, la disparition du conseil général, le devenir des territoires ruraux et de montagne, la montée des agglomérations et des intercommunalités… Nous entendons aussi les inquiétudes face aux diminutions des dotations de l’État, la réforme des rythmes scolaires ou encore sur les questions transfrontalières comme le logement ou le transport. Le candidat au Sénat doit être imprégné de ces réalités-là. »

    http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/07/19/loic-herve-il-faut-une-reflexion-sur-le-role-du-senat

    Auteur de l'article : Cedran de SAINTE-LORETTE

     

  • Emission @Mediapol_LCP de La Chaîne Parlementaire consacrée aux élections sénatoriales

    Le reportage sur la Haute-Savoie commence à la 17ème minute.

    Lien vers le site de la Chaîne Parlementaire

  • Podcast de l'interview de Loïc Hervé sur les ondes d'ODS Radio le 23 juin 2014 (L'invité de la rédaction)

    Podcast : http://www.odsradio.com/images/stories/podcast/redaction/lociherveinvite230614.mp3

  • Jean-Paul AMOUDRY : "Pourquoi je souhaite le renouveau aux prochaines élections sénatoriales" #senatoriales2014

    Ayant été élu en 1995, et réélu en 2004, il m’a paru nécessaire de m’arrêter sur diverses considérations avant de prendre toute décision à l’égard de cette prochaine échéance électorale.

    1) Le contexte politique national, marqué par la très préoccupante distance prise par les Françaises et les Français à l’égard des acteurs politiques, doit convaincre ceux-ci de tout faire pour retrouver la confiance de l’opinion : il en va de la vitalité, voire de l’avenir de notre démocratie. Pour restaurer cette confiance, le renouvellement des responsables politiques m’apparaît comme l’une des voies qui s’impose pour rapprocher les Français de leurs élus nationaux. En particulier, au moment où beaucoup de nos jeunes compatriotes font le choix de vivre et travailler hors de leur Pays, il est souhaitable que cette nouvelle génération puisse se reconnaitre dans les dirigeants politiques, et que ses aspirations puissent d’autant mieux être prises en compte dans les décisions qui concernent l’avenir de la France.

    2) Notre société est traversée par des évolutions extrêmement rapides et profondes dues à la mondialisation, à l’entrée dans l’ère du numérique, à la remise en cause de plusieurs fondements de la société. Ainsi, nous avançons dans un monde radicalement nouveau... Les défis auxquels nous sommes confrontés exigent que des idées neuves émergent et que des réponses soient apportées, afin de tracer des voies d’avenir fondées sur de nouvelles bases et références éthiques et sociétales. Ces réponses ne peuvent, à l’évidence, être définies sans le concours actif des générations nouvelles, à la fois parce qu’elles sont au premier chef concernées par cet avenir, et parce qu’elles sont le mieux à même de s’approprier le contexte créé par les évolutions sociétales et technologiques actuelles. C’est pourquoi l’entrée au Parlement de représentants des nouvelles générations me parait s’imposer.

    3) Enfin, le corps électoral des grands électeurs a été, depuis ma première élection en 1995, renouvelé à 3 reprises (2001, 2008, 2014). Si bien que les grands électeurs ont été renouvelés à près de 90%. Dès lors, s’il est concevable que soient réélus des Sénateurs candidats au renouvellement de leur mandat, il est tout aussi souhaitable que le corps électoral sénatorial puisse faire le choix du renouveau.

    C’est donc cette voie du renouveau que j’ai choisie, qui ne peut d’ailleurs que servir la cause et l’image du Sénat. Après avoir soumis mes réflexions et conclusions à mes amis élus centristes haut-savoyards, en âge et capacité d’incarner ce renouveau, c’est le Maire de Marnaz, Loïc HERVÉ qui a été pressenti par ses collègues pour présenter sa candidature à la prochaine élection sénatoriale. Loïc HERVÉ dispose d’une solide expérience de l’administration territoriale, condition nécessaire pour siéger efficacement au sein du Grand Conseil des collectivités françaises. Mais, il possède aussi les connaissances et qualités indispensables pour débattre utilement des innombrables et complexes questions de politique nationale, européenne et internationale qui nourrissent le travail législatif comme la mission de contrôle de l’action gouvernementale. Je serais très heureux que cet homme de conviction, partageant mes valeurs et orientations politiques, soit élu au Sénat de la République, où je sais qu’il aura la volonté et la capacité de servir la France et son territoire d’élection avec dignité et efficacité.

  • [Le Dauphiné Libéré, 5 juin 2014] Marnaz : Lors du conseil, Loïc Hervé évoque sa candidature aux sénatoriales

    élections, sénatoriales, haute-savoie, sénat

     Cliquez pour agrandir

  • [Le Dauphiné Libéré, 31 mai 2014] Elections sénatoriales : Jean-Paul Amoudry ne se représentera pas - Loïc Hervé, maire de Marnaz, conduira la liste de l'UDI

    élections, sénatoriales, haute-savoie, sénat