Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

UDI

  • Décès de Bernard BOSSON

    Communiqué de Presse

    Réaction de François Zocchetto,

    président du groupe UDI-UC

    et des sénateurs centristes

    François Zocchetto, président du groupe UDI-UC, Loïc Hervé, sénateur UDI-UC de la Haute-Savoie, et Jean-Paul Amoudry, sénateur honoraire UDI-UC de la Haute-Savoie, expriment, au nom de tous les sénateurs du groupe UDI-UC, leur vive émotion suite au décès de Bernard Bosson, ancien député-maire centriste d'Annecy.

    Ils ont tout trois salué, au nom de l’ensemble des sénateurs du groupe, « la force de conviction d’un vrai centriste et d’un véritable européen, figure du Centre des démocrates sociaux (CDS), dont il fut secrétaire général en 1991, à la suite de Jacques Barrot.

    Maire d’Annecy pendant 24 ans, il aura profondément marqué la vie locale et sa ville : « l’évolution d’Annecy et de la Haute-Savoie porte son empreinte de maire visionnaire » a déclaré Loïc Hervé.

    Conseiller général en 1979, député sous l'étiquette UDF-CDS, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, chargé des Collectivités locales puis ministre délégué, chargé des Affaires européennes et ministre de l’Équipement, des Transports et du Tourisme dans le gouvernement Balladur, Officier de la légion d'honneur, « il était connu pour sa jovialité et un calme dont il ne se départissait jamais ».

    Les membres du groupe UDI-UC s’associent à la peine de la famille et des proches de Bernard Bosson.

    « C’est une figure emblématique du centrisme qui vient de disparaître» a déclaré françois Zocchetto.

  • TRIBUNE : L’heure de la raison ?

    Alain JUPPE.jpgDans un contexte de défiance sans précédent du peuple français envers ses dirigeants et de façon générale envers ses « élites », encouragés par le Brexit, motivés par l’élection de Donald TRUMP aux États-Unis, certains candidats, que ces événements inquiétants ont malheureusement décomplexé, font le choix de la surenchère, là où il faudrait expliquer sereinement, rassurer, donner un cap en faisant preuve de courage, de pédagogie et d’exemplarité.

    Ces surenchères, irresponsables et lourdes de conséquences, loin d’apaiser la colère de nos concitoyens ne font que la cultiver, en légitimant le recours à l’outrance, à la caricature, ce qui ne peut générer, à terme, que des maux plus grands encore.

    La parole politique est décrédibilisée et a besoin d’être refondée, la vie publique a besoin d’être moralisée.

    Parce que la France a besoin d'un vrai homme d’État, après deux quinquennats qui ont fait un tort considérable à la fonction présidentielle et jeté au travers de quelques affaires le discrédit sur l’ensemble des élus et dirigeants français, laissant se démultiplier l’idée du « tous pourris ».

    Parce que la France a besoin d'un rassembleur, à l’heure où certains veulent délibérément cliver le débat, en prenant pour cible les valeurs centristes et en épargnant fort curieusement d’autant les idées du Front National.

    Parce que la France a besoin de réformes profondes, courageuses, menées par un homme qui ne sera pas obsédé ni par son image ni par sa réélection, qui a prouvé maintes fois ses compétences et saura garder la tête froide dans un monde qui change.

    Parce que la France a besoin de mesure et de tact, en une période où nous n'entendons plus que la vocifération des pyromanes, parce que la France a besoin d’intelligence, là où le simplisme semble tenir lieu de programme, surfant sur le ressentiment de nos concitoyens, flattant leur exaspération mais en oubliant de soigner ce qui l’aura engendré.

    Parce que nous voulons une vraie alternance, parce que nous voulons échapper au pire, parce que nous voulons donner une chance enfin à ce pays de renouer avec le destin qui est le sien.

    Nous, jeunes élus, jeunes travailleurs, jeunes parents, confrontés comme des millions de français au quotidien, pensons qu’Alain JUPPÉ est le seul à pouvoir amener notre pays vers la transition nécessaire en matière économique, écologique et sociétal pour les 5 années qui viennent, imposée plus encore par un contexte international qui se dégrade.

    Nous vous invitons à participer massivement aux primaires de la droite et du centre, dès le premier tour qui sera déterminant pour la présidentielle à venir.

     

    Loïc HERVÉ

    Sénateur de la Haute-Savoie

     

     

    Gabriel DOUBLET

    Maire de Saint-Cergues

    Vice-Président de la Communauté d’Agglomération d’Annemasse Les Voirons

    Vincent PACORET

    Conseiller Départemental

     

    Enregistrer

    Enregistrer

  • Le groupe UDI-UC mobilisé sur la loi Montagne

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    Les élGroupe UDI.jpgus du groupe UDI-UC*, représentant tous les massifs français, se sont aujourd'hui réunis pour investir le projet de loi Montagne.

    Le consensus trouvé à l'Assemblée nationale n'est pas satisfaisant. En son état actuel, le texte demeure largement incantatoire et sans portée normative.

    Il faut prendre des mesures concrètes sur des sujets aussi importants que le tourisme, la couverture numérique des territoires de montagne, l'accès aux services, à l'éducation, les finances, l'agritulture et la forêt.

    Sous la houlette de leurs chefs de file sur ce texte, Bernard Delcros, sénateur du Cantal, Loïc Hervé, sénateur de la Haute-Savoie et Jean-Jacques Lasserre, sénateur des Pyrénées-Atlantiques, les sénateurs du groupe UDI-UC comptent peser dans la discussion pour que ce texte devienne un véritable Acte II de la législation montagne.

    * Annick Billon, sénatrice de la Vendée (au titre de l’article 18 qui met en place une dérogation au transfert de la compétence « promotion du tourisme » dans les communes classées comme « station de tourisme » (ou en cours de classement) - Olivier Cigolotti, sénateur de la Haute-Loire - Bernard Delcros, sénateur du Cantal – Jean-Marc Gabouty, sénateur de la Haute-Vienne - Loïc Hervé, sénateur de la Haute-Savoie - Jean-Jacques Lasserre, sénateur des Pyrénées Atlantiques – Anne-Catherine Loisier, sénatrice de la Côte d’Or – Jean-François Longeot, sénateur du Doubs – Jean-Claude Luche, sénateur de l’Aveyron – Pierre Médevielle, sénateur de la Haute-Garonne.

    DL 2015-11-15.png

     

    Enregistrer

  • Conférence-débat avec Valérie LETARD, Sénatrice du Nord, le 4 mars 2015 à 19 heures à Thyez

    Une conférence-débat avec Madame Valérie LETARD, Sénatrice du Nord, Présidente de la communauté d’agglomération Valenciennes Métropole, sur le thème du développement économique de son territoire aura lieu le :

     

    Mercredi 4 mars 2015 à 19 heures

    à l’Amphithéâtre du site économique des Lacs 

    320, rue des Sorbiers à Thyez.

     

    Evènement Facebook : https://www.facebook.com/events/741659605950129/?fref=ts

  • Loïc Hervé rencontre Gérard Larcher, Président du Sénat

    http://loicherve.hautetfort.com/media/01/02/3671057641.PNG

    Le 4 février 2015, le Président du Sénat a reçu les nouveaux sénateurs du groupe UDI-UC, parmi lesquels Loïc Hervé, Sénateur de la Haute-Savoie.

    A l'occasion de cette rencontre, différents sujets ont été abordés : fonctionnement du Sénat, rôle de l'UDI-UC dans la majorité sénatoriales, textes actuellement en examen...

    A plusieurs reprises, le Président Gérard LARCHER a fait référence à son récent déplacement à Châtel en Haute-Savoie.

  • J'apporte mon soutien à Hervé Morin pour l'élection du Président de l'UDI

    Dans quelques jours, notre famille politique connaitra le nom de celui qui présidera à ses destinées dans les années à venir.

    Le pays et le monde politique traversent une crise grave et l'UDI va se trouver dans une situation de devoir. Les Haut-Savoyards que nous sommes sont des femmes et des hommes de fidélité et d'engagement.

    Comme au premier tour, mon choix se portera sans réserve sur la candidature d'Hervé MORIN. Hervé connait bien notre département dans lequel il est venu si souvent.

    Je peux porter témoignage de l'attention qu'il a toujours porté à nos préoccupations et le soutien qu'il a toujours apporté à nos projets.

    Homme d'expérience, ancien ministre, élu local, Hervé, qui a maintenu la petite flamme du Centre quand la situation était la plus défavorable à notre courant pensée, est la personne qui pourra le mieux rassembler les membres de l'UDI dans toute leur diversité.

    Avec lui, soyons les bâtisseurs qui consolideront l'UDI sur ses bases.

  • Réforme territoriale : François ZOCCHETTO, Président du groupe @UDIUC : « Une fausse réforme structurelle menée sans vision et à l’envers »

    Communiqué de presse

     
    Réforme territoriale

    François ZOCCHETTO, Président du groupe UDI-UC

    « Une fausse réforme structurelle menée sans vision et à l’envers »

     

    François Zocchetto, président du groupe UDI-UC, est intervenu suite à la déclaration du Premier ministre sur la réforme territoriale : « Les objectifs incontournables de la réforme ne sont pas traités : où est la simplification indispensable ; où sont les économies nécessaires ? C’est une réforme menée dans la confusion et à l’envers. » 

    Déjà confronté à un texte sans vision, le chef de file des sénateurs centristes dénonce la nouvelle complexification de l’été : on va désormais scinder les départements en trois catégories. Sur quels critères concrets et avec quelle faisabilité constitutionnelle ? Alors qu’y a 6 mois, il s’agissait de supprimer les conseils départementaux !! Simultanément, le Gouvernement joue dans le simplisme en imposant un seuil uniforme de 20 000 habitants pour les futures intercommunalités, ce qui n’a aucun sens ! ».

    « En matière de dépenses publiquesnous sommes dans l’illusionnisme, avec une fausse réforme structurelle. Pour séduire Bruxelles et les Français, on fait croire qu’en divisant par deux le nombre des régions, en diminuant le nombre des élus, on réalisera des économies spectaculaires. D’une pierre deux coups : avec une jolie carte en couleur facile à reproduire dans les journaux, on fait semblant de réformer tandis qu’on laisse sous le tapis les vrais défis qui gênent ! ».

    Le Président du groupe centriste regrette le sort réservé au Sénat : « Soit nous nous rebellons contre la méthode, et votre majorité socialiste à l’Assemblée fera seule le texte. Vous en profiterez pour nous décrire comme d’inénarrables conservateurs. Soit nous limitons les dégâts en amendant votre texte, et vous faites de nous vos complices de cette fausse réforme menée de surcroît à l’envers. » a-t-il lancé au Premier ministre : « Si c’est tactiquement bien joué, c’est dommage pour notre pays. ».

    A Manuel Valls qui évoquait la nécessité de faire des économies, François Zocchetto a répondu : « J’ai une suggestion à vous faire pour économiser 200 millions d’euros dès l’année prochaine : rétablissez la journée de carence dans la fonction publique. Une autre suggestion à plusieurs milliards : revenez aux 39 heures dans la fonction publique. Autre suggestion encore : assouplissez le statut de la fonction publique territoriale. » Le sénateur a exhorté le Premier ministre : « Donnez de l’air aux collectivités. Laissez-les respirer ! ».

    François Zocchetto a rappelé l’attachement des centristes à la décentralisation et présenté leurs propositions : « Nous prônons une carte des régions, réduites entre huit et dix, disposant de compétences stratégiques et s’appuyant sur des départements rénovés et forts. Nous militons en faveur de l’adoption facilitée de « lois-cadre », autorisant l’exercice d’un pouvoir réglementaire décentralisé. Je vous propose que, dès 2015, le législateur autorise les conseils départementaux à moduler à la marge les prestations obligatoires. Pourquoi le RSA versé en Lozère serait-il du même montant que celui versé à Paris ?».

    Concernant le calendrier, François Zocchetto a mis en garde le Premier ministre : « Puisque les conseils départementaux sont désormais appelés à survivre à vos intentions initiales, n’amputez pas d’une année leur mandat sans justification. Il doit aller jusqu’à son terme normal en mars 2021. ».

  • [Le Dauphiné Libéré, 19 octobre 2014] L’itinéraire éclair de Loïc Hervé, de la vallée de l’Arve au Sénat

    Il est des signes qui ne trompent pas. Loïc Hervé est” up-to-date”, la preuve, il tweete ! Ce n’est pas tant ses 34 ans qui vont détonner au palais du Luxembourg que sa capacité à raconter chaque événement de son agenda sur les réseaux sociaux.

    Cette année, il a été classé par le site “eterritoire” premier maire de Haute-Savoie pour son activité sur Twitter. Il est d’ailleurs parmi les élus nationaux les plus actifs sur Internet. Les 1472 abonnés qui suivent son fil Twitter ont ainsi pu découvrir il y a quelques heures que le diligent sénateur a été « désigné membre de la commission de la culture, de l’éducation et la communication du Sénat ».

    Élu maire de Marnaz en 2008

    Avant de faire partie du collège d’âge de la haute assemblée pour l’élection du président du Sénat, Loïc Hervé, né à Vénissieux en 1980, a construit son parcours au fil de la vallée de l’Arve. Après un DEA de droit public à l’université de Grenoble, il s’est engagé auprès de Jean-Paul Amoudry. Il fut l’assistant parlementaire du sénateur centriste entre 2003 et 2005. « Notre relation est faite d’amitié et de confiance, explique Loïc Hervé. Elle s’est nourrie de 15 années de travail politique effectué ensemble. » Entre-temps, il a rencontré la nièce de l’ancien sénateur, l’a épousée et a eu trois enfants.

    Question emploi, il a été directeur général des services de la commune d’Ambilly de 2005 à 2009.

    Côté politique, Loïc Hervé est engagé au sein de l’UDI, comme son mentor. Il a été élu maire de Marnaz en 2008 puis président de la Communauté de communes de Cluses cette année. Son parcours au sein de la famille centriste départementale est tout aussi édifiant. Il a ainsi trusté les postes de délégué départemental de l’UDI 74 et de président du Nouveau Centre 74. Faut-il mentionner qu’il est aussi secrétaire général adjoint de l’Association des petites villes de France ? Bref ne lui parlez pas de cumul des mandats, il botterait en touche !

    « Préserver l’équilibre entre l’UDI et l’UMP »

    Logiquement, quand Jean-Paul Amoudry a souhaité passer la main, le fringuant trentenaire était tout désigné pour prendre la relève.

    « J’ai démarré la campagne des sénatoriales le 23 juin dernier en allant à la rencontre des élus de Haute-Savoie, confie-t-il. J’ai fait une campagne de fond et de fondeur. Nous avons été suivis par 20 % des grands électeurs et nous avons préservé l’équilibre entre l’UDI et l’UMP. »

    Loïc Hervé organise désormais son emploi du temps entre la vallée de l’Arve et Paris. Il se rend dans la capitale les mardis et mercredis.

    Bientôt, il aura son bureau, une fois les questeurs désignés. « On ressent le poids de l’histoire dans chaque couloir. Il y a un passé, mais si le Sénat veut conserver son rôle, il devra se reformer… » Sur la page Facebook du sénateur, cinq personnes ont “liké” sa désignation à la commission culture et éducation.
     
  • [Le Messager] Loïc Hervé pris dans le tourbillon du Sénat !

    Depuis son élection comme sénateur de la Haute-Savoie dimanche 28 septembre, les journées sont passées à vitesse grand V pour Loïc Hervé.

    Retour sur ses premiers pas au Palais du Luxembourg.

    Ca va très, très vite », confie d'emblée Loïc Hervé. Le maire de Marnaz et président de la communauté de communes Cluses, Arve et montagnes a été élu dimanche 28 septembre sénateur de la Haute-Savoie avec Jean-Claude Carle et Cyril Pellevat.

    Dès le lendemain de l'élection, le nouveau sénateur a sauté dans un train direction Paris. « C'est un tourbillon, confie-t-il, on n'a pas le temps de trop préparer les choses. » A peine arrivé, il a pris part aux premières discussions politiques de son groupe en vue de l'élection du président du sénat. Membre de l'UDI, Loïc Hervé a pu constater avec joie que le groupe centriste s'est renforcé. Il compte désormais 43 sénateurs.

    S'il vient d'être élu, le maire de Marnaz connaît bien le palais du Luxembourg. Il a en effet été, de 2003 à 2005, l'attaché parlementaire de Jean-Paul Amoudry. « Je connais bien le sénat et son fonctionnement, confirme-t-il, j'y ai aujourd'hui le statut de successeur de Jean-Paul Amoudry, qui est très apprécié dans le groupe et au sénat et cela me donne des facilités. » Toutefois, « il y avait quand même pas mal de formalités à faire, des présentations de collaborateurs et de l'organisation de la maison au niveau législatif », ajoute-t-il.

    A 34 ans, Loïc Hervé fait partie des six plus jeunes sénateurs de l'assemblée, avec son homologue du département Cyril Pellevat (33 ans). «  Nous sommes six ou sept en effet à avoir moins de 40 ans. Dans cette assemblée qui représente les élus locaux, c'est important qu'elle lui ressemble et des élus locaux autour de 40 ans, il y en a beaucoup, analyse-t-il, dans les institutions de notre pays et par rapport aux décisions qui nous attendent, c'est indispensable que cette génération soit davantage représentée. » Toutefois, il reconnaît également l'apport de ses collègues plus âgés, « qui nous aident bien et qui sont bienveillants ».

     

    Dans les six plus jeunes

    Loïc Hervé et Cyril Pellevat font donc tous deux parties du bureau d'âge et ont à ce titre ouvert la session, accompagnant le doyen des sénateurs, Paul Vergès, de La Réunion. Ils ont pris place dans la tribune. « C'était un honneur et très impressionnant, raconte Loïc Hervé, nous entourions le doyen et nous l'avons accompagné jusqu'au dépouillement. » C'est le sénateur UMP Gérard Larcher qui a été élu le mercredi 1er octobre comme président. « Nous l'accompagnerons jusqu'à la réunion d'un nouveau bureau. » Loïc Hervé saura bientôt dans quelles commissions il va travailler. « C'est en cours. Je souhaite être dans des commissions en lien direct avec les grands thèmes de la Haute-Savoie pour que je puisse être utile à mon territoire. » Rentré vendredi matin dans le bassin clusien, le sénateur n'a guère eu le temps de souffler. Il constitue en ce moment son équipe parlementaire.

    « Ce sera fait rapidement », puis a enchaîné avec une réunion de bureau de la communauté de communes Cluses, Arve et montagnes et une réunion en mairie de Marnaz avec son équipe, histoire d'échanger sur l'organisation future, le Sénat siégeant le mardi et le mercredi. Loïc Hervé a annoncé quitter la vice-présidence du Syndicat intercommunal omnisports de la vallée de l'Arve mais gardera ses autres mandats jusqu'à l'arrivée du non cumul en 2017.

    ALEXANDRA COLLOMB

    http://www.lemessager.fr/Actualite/Faucigny/2014/10/09/article_loic_herve_pris_dans_le_tourbillon_du_se.shtml#.VDZ2QIVOrSk

  • [L'Essor Savoyard, 25 septembre 2014] Sénatoriales : 10 listes engagées dans la bataille

    élections, sénatoriales, haute-savoie, sénat

    Cliquez sur l'article pour l'agrandir

  • [Le Dauphiné Libéré, 21 août 2014] Sénatoriales : Loïc Hervé, le « vrai candidat » du centre

    Loïc Hervé a officiellement présenté mardi la liste (*) qu’il conduit pour les élections sénatoriales du 28 septembre. Le maire de Marnaz entend décrocher un siège de sénateur et profite de l’approche de la fin de la trêve estivale pour lancer la dernière ligne droite de sa campagne.

    Soutenu -pour ne pas dire poussé- par Jean-Paul Amoudry (le sénateur sortant, cinquième de liste) et Jean-Luc Rigaut (le maire d’Annecy, n°3) le jeune maire entend bien prouver que le centre a toute sa place dans le département… et que lui seul incarne réellement cette ligne, alors que d’autres candidatures risquent de chasser sur les mêmes territoires. « Nous, nous ne sommes pas au centre. Nous sommes le centre. Les choses sont claires. Nous avons une ligne et des valeurs que nous défendrons. »

    Pas question en revanche de se positionner ailleurs que dans l’opposition. « L’enjeu, c’est contribuer au retour d’une majorité de centre droit au sénat » insiste Loïc Hervé.

    Sa campagne sera d’ailleurs largement axée sur des reproches adressés au gouvernement, notamment dans le dossier de la réforme territoriale. « Le centre, c’est la confiance dans les territoires. Or, que se passe-t-il dans la réforme actuelle ? Le président de la République dessine des cartes avant de s’intéresser aux compétences. C’est faire les choses à l’envers ! »

    Selon le candidat, les élus locaux du département ne sont pas opposés aux réformes. « Mais ils veulent les comprendre et savoir ce qui va se passer. Or, pour le moment, les choses changent sans cesse. »

    « Le bonheur absolu »

    « Trouvez-vous normal d’avoir établi une nouvelle carte des cantons pour dire quelques mois après que les conseils généraux vont disparaître ? » renchérit Jean-Paul Amoudry. Il assure que le “nouveau” sénat devra être porteur de projet et exercer son vrai pouvoir de contrôle de l’action du gouvernement, tout en étant capable de construire l’avenir. « On a besoin d’élus du XXIe siècle. On ne doit jamais voter pour un bilan, mais toujours pour un projet » estime-t-il. « On n’attend pas d’un sénateur qu’il soit juste là le dimanche devant les monuments » ajoute Jean-Luc Rigaut.

    Avec ce discours, l’UDI haut-savoyarde compte bien conserver un siège au Sénat. C’est en tout cas l’objectif réel affiché. « Mais si nous en emportons deux, ce serait le bonheur absolu » glisse tout de même le maire d’Annecy.

    Julien ESTRANGIN

    http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/08/21/loic-herve-le-vrai-candidat-du-centre

  • [L'Essor savoyard / Le Messager] Sénatoriales : le candidat centriste Loïc Hervé présente sa liste @UDI_off @Infos_UDI

    Candidat pour l'UDI aux prochaines élections sénatoriales en Haute-Savoie, le jeune maire de Marnaz Loïc Hervé (34 ans) a présenté officiellement ses colistiers ce mardi 19 août à Annecy : à ses côtés, deux femmes, Christine Burki, conseillère municipale de Lucinges et Marie-Claude Nabet, ancienne maire de Marin, et deux hommes, Jean-Luc Rigaut, maire d'Annecy, président de l'Agglo et patron de l'UDI 74, et bien entendu le sénateur sortant Jean-Paul Amoudry.

    Ce dernier vante la qualité de l'équipe : "Nous disposons d'une liste complète et diverse. C'est important d'avoir un ancien sénateur, qui apporte son expérience, mais aussi des élus venus de tous les territoires du département pour qu'ils apportent leur point de vue ."

    L'Essor savoyard : http://www.lessorsavoyard.fr/Actualite/Fil_Infos_regionales/article_1837199.shtml

    Le Messager : http://www.lemessager.fr/Actualite/Fil_Infos_regionales/2014/08/19/article_s_eacute_natoriales_le_candidat_centrist.shtml   

  • [Le Dauphiné Libéré, 8 août 2014] Jean-Paul Amoudry : « L’UDI a sa place dans le département » @UDI_off

    Le seul sénateur centriste du département laissera sa place en septembre. Il a déjà adoubé celui qu’il espère voir lui succéder, le maire de Marnaz, Loïc Hervé. Mais à l’heure du bilan, Jean-Paul Amoudry garde un regard acéré sur l’avenir de la Haute-Savoie.

    Entretien.

    Pourquoi avoir choisi de renoncer au Sénat. Vous auriez pu espérer un mandat de plus, non ?

    Mais ma décision relève d’une logique de renouvellement. Je me suis dit qu’il fallait des limites. Au bout d’un certain temps, il faut que les postes tournent. Au Sénat, les jeunes générations n’ont pas suffisamment de place. Je pense que le discrédit qui frappe aujourd’hui le personnel politique est en partie lié au non-renouvellement des élus. Il y a une logique à ce que le changement se fasse.

    Et vous avez désigné celui que vous aimeriez voir à votre place.

    Les grands électeurs décideront. Mais c’est vrai, j’ai préparé les choses. Il y avait trois élus en mesure de répondre à mon appel : Jean-Luc Rigaut, Eric Fournier, le maire de Chamonix et Loïc Hervé, maire de Marnaz. Je les ai réunis et je leur ai dit : « ce sera un de vous trois. » Finalement, c’est Loïc qui a été choisi. Il aime la politique et il a été mon assistant. Pour être sénateur, il faut à la fois avoir une expérience de terrain et disposer d’une hauteur de vue pour pouvoir légiférer. Je pense qu’il a ces qualités.

    Y’a-t-il vraiment de la place pour un parlementaire UDI en Haute-Savoie ?

    Oui, je pense qu’il est important d’avoir un parlementaire centriste ici. Les Haut-Savoyards en attendent beaucoup. D’une manière générale, je crois que le pays ne doit pas avoir que le FN comme alternative au PS et à l’UMP.

    La candidate socialiste dissidente, Sylvie Gillet de Thorey, entend elle aussi rassembler les voix du centre lors des sénatoriales.

    Personne n’est dupe de son jeu ! Elle tentera de se faire élire au centre, mais si elle est élue, elle s’inscrira au groupe PS et soutiendra la politique du gouvernement. Ou alors, qu’elle rejoigne dès maintenant l’UDI ou l’UMP.

    Vous-même, allez-vous conserver des activités politiques ?

    Je conserverai la présidence du Syane, qui me passionne. L’aménagement numérique du territoire de la Haute-Savoie est un sujet majeur. Il faut pousser ce projet. Et j’aurai désormais plus de temps à y consacrer, maintenant que les fondations sont posées. Et puis, je reste conseiller général.

    Justement, croyez-vous au bien-fondé de la réforme territoriale ?

    On ne doit pas réformer la carte avant de se pencher sur la question des compétences. C’est ça qui est important. La réforme doit permettre un meilleur emploi des finances publiques et prendre en compte les différences entre les territoires (la montagne, le littoral, etc.) Or, pour le moment, on fait tout l’inverse. On est en train de dessiner une carte en tenant juste compte des désirs des barons socialistes. Il ne faut pas nous prendre pour des perdreaux d’avril ! Tout ça manque de vérité dans le discours.

    Quels sont les défis que va devoir relever la Haute-Savoie dans les années à venir ?

    Je crois qu’il y en trois : d’abord, conserver son attractivité, sans devenir le village résidentiel de Genève. Ensuite, réussir le pari d’aménager son territoire, tout en protégeant son espace et en réglant le problème des modes de déplacement. Savez-vous par exemple que nous avons ici 640 voitures pour 1 000 habitants, contre 480/1 000 en moyenne dans le pays ? Enfin, troisième défi : réussir sa mutation institutionnelle avec les communes nouvelles, les intercommunalités.

    Entretien avec Julien ESTRANGIN

    http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2014/08/08/jean-paul-amoudry-l-udi-a-sa-place-dans-le-departement 

    http://blog.jean-paul-amoudry.org/post/Le-S%C3%A9nateur-UDI%2C-qui-ne-se-repr%C3%A9sente-pas%2C-dresse-le-bilan-de-son-mandat

  • Loïc HERVE, Christine BURKI, Jean-Luc RIGAUT, Marie-Claude NABET et Jean-Paul AMOUDRY s'adressent aux délégués sénatoriaux

    Téléchargez la lettre aux délégués sénatoriaux

    Le 28 septembre prochain, vous serez invités à désigner pour 6 ans les trois sénateurs haut-savoyards.

    Comme le prévoit désormais la loi, pour les départements disposant de 3 sièges de sénateur, les électrices et électeurs auront à choisir une seule liste, composée de 3 candidats titulaires et 2 suppléants, dans le respect du principe de parité.

    Nous avons l’honneur de soumettre notre candidature à vos suffrages, et de solliciter votre confiance à un moment crucial, où nos compatriotes sont massivement gagnés par le doute sur l’avenir de notre pays, habités par une défiance extrême à l’égard des responsables politiques, et où s’annoncent de profondes réformes de nos collectivités territoriales.

    Nous mesurons l’ampleur de ces difficultés et défis.

    Partageant les mêmes valeurs et convictions : de primauté de la personne humaine dans les choix politiques, de confiance dans la liberté d’entreprise et l’économie de marché au service de solidarités responsables, de construction d’une Europe plus démocratique et proche des citoyens, nous nous engageons à servir ces idéaux dans l’exercice des missions parlementaires, qu’il s’agisse de l’élaboration des lois comme du contrôle de l’action gouvernementale.

    Engagés au service des collectivités haut-savoyardes, nous défendrons l’identité et les spécificités de notre département, afin de soutenir un développement équilibré et harmonieux de ses cités, espaces ruraux et territoires d’altitude.

    La complémentarité et la diversité de nos expériences, dans nos mandats locaux comme dans les activités parlementaires, sera garante de la meilleure efficacité possible de nos actions.
    Nous aurons le plaisir de venir exposer devant vous nos orientations, répondre à vos interrogations et recueillir vos préoccupations, à l’occasion de réunions auxquelles vous serez prochainement invités.

  • Conférence-débat avec Valérie LETARD, Sénatrice du Nord, le 5 mars à 18 heures 30 à Scionzier

    Madame, Monsieur,

    Je vous invite à une conférence-débat avec :

    Valérie LETARD
    Ancienne ministre, Sénatrice UDI du Nord,
    Présidente de la Communauté d'Agglomération de Valenciennes Métropole,

    le mercredi 5 mars 2014 à 18 heures 30
    Salle Blaise Pascal
    Maison de l'Industrialité à Scionzier.

    Valérie LETARD interviendra sur les projets économiques de son territoire, en pleine mutation.

    Je compte sur votre présence,

    Loïc HERVE

     

  • Assemblée départementale de l'UDI 74

    L'assemblée départementale de l'UDI74 se réunira  ce samedi 16 novembre 2013 à 10h30 à la salle des fêtes de Cornier (Autoroute A410, sortie 19 la Roche s/ Foron).

  • Jean-Louis BORLOO, Président de l'UDI, à Annecy pour le lancement de l'UDI en Haute-Savoie

    Jean-Louis BORLOO, Président de l'UDI sera présent à Annecy pour présider au lancement de l'UDI en Haute-Savoie, en présence de nombreux militants et élus de centre droit.

    Une réunion publique qui aura lieu ce jeudi 28 février à 17 heures 30, salle de l'Europe au Centre de Congrès de l'Impérial d'Annecy.

    Loïc HERVE
    Membre fondateur de l'UDI
    Président du Nouveau Centre de Haute-Savoie

  • Communiqué de l'Union des Démocrates et Indépendants

    « La création de L’UDI apporte aux Français une nouvelle offre politique indépendante, moderne et ouverte clairement inscrite dans l’opposition et au centre droit. L’UDI a choisi, le 21 octobre à la Mutualité, à l’unanimité son Président, et sa ligne politique.

    L’élection interne de l’UMP atteste de la pertinence de cette initiative et au-delà des conflits de personnes prévisibles en pareille circonstance, il y a bien eu l’affrontement de deux lignes politiques différentes.

    Pour répondre aux attentes des Français, l’UDI organisera dans la sérénité le pôle européen, républicain, humaniste, social-libéral et écologiste de l’opposition qui ne peut dorénavant rester enfermée dans la fiction unitaire du Parti unique.

    L’UDI entend rassembler largement, autour de sa ligne politique claire, toutes celles et tous ceux qui se retrouvent dans son message et ses propositions. Cette semaine, l’UDI réunit les Maires de sa sensibilité, mercredi 21 novembre, défend cinq propositions de loi, jeudi 22 novembre - sur la reconnaissance du vote blanc, la lutte contre les déserts médicaux, la lutte contre le surendettement, le contrôle du prix du gaz pour les consommateurs et l’aménagement numérique du territoire – et accueillera ses nouveaux adhérents, samedi 24 novembre. La semaine prochaine, mercredi 28 novembre, l’UDI inaugurera son siège national. » déclarent Maurice Leroy et Philippe Vigier.